Le lien cerveau intestin mis en cause dans les troubles de l’humeur

Comment retrouver la bonne humeur, ne pas se laisser envahir par ses émotions ? Delphine Zech Sophrologue à Senlis vous accompagne
Comment retrouver la bonne humeur, ne pas se laisser envahir par ses émotions ? Delphine Zech Sophrologue à Senlis vous accompagne

La différence entre l’humeur et les émotions

L’humeur, c’est cette petite coloration de nos états d’âme, qui agrémente nos vies et nos relations, que l’on ressent comme agréable ou désagréable.

En psychologie, on parle rarement de bonne ou de mauvaise humeur contrairement au langage de la vie courante. L’humeur est plutôt décrite comme une émotion globale et durable qui colore la perception du monde. Elle désigne un état émotionnel général, stable et plus long que les émotions passagères.

L’humeur se différencie de nos émotions dans sa durée et sa persistance. Cependant, nos états d’humeur ne sont pas figés et définitifs. Ce qui caractérise notre vie affective et émotionnelle est justement cette capacité d’adaptation et de fluctuation au gré des circonstances, des rencontres et des événements de la vie.

La bonne humeur est synonyme de bonne santé et la mauvaise humeur, appelée aussi « troubles de l’humeur » dans tout ça?

La bonne humeur, que l’on pourrait également appelé une humeur équilibrée et adaptée, se caractérise par une adaptation relative aux circonstances, mais également par une intensité émotionnelle sans excès. Dans le jargon médical, on dit que l’humeur est euthymique pour définir une bonne santé émotionnelle. Celle-ci implique l’absence de troubles, à savoir : l’excès (dans un sens ou dans l’autre), l’euphorie et la dépression de l’humeur. Les troubles de l’humeur, que l’on appelle communément la mauvaise humeur peut se manifester de deux façons bien distinctes. D’une part, il y a l’anxiété et les troubles anxieux. Ces derniers regroupent l’anxiété pathologique ou une inquiétude excessive, intense, injustifiée et invalidante au quotidien, mais également les troubles anxieux généralisés et les phobies. D’autre part, on retrouve la dépression et les troubles dépressifs. Ceux-ci regroupent les dépressions majeures et d’autres dépressions comme les troubles bipolaires.

Les causes : l’impact de certains neurotransmetteurs sur notre humeur

Notre humeur prend naissance au cœur de notre cerveau. Notre humeur prend naissance au cœur de notre cerveau. D’une part, elle provient de l’hypothalamus, la partie du cerveau régulant la faim, le sommeil et la température corporelle.
D’autre part, elle provient de l’hippocampe, le siège de nos émotions, de nos affects et de notre mémoire.  Il peut exister des prédispositions génétiques et certains états physiopathologiques (des troubles au niveau du corps suite à une maladie) pouvant perturber le bon fonctionnement de ces centres émotionnels.

Le lien entre cerveau et intestin

Les plus récentes recherches scientifiques sur l’humeur se tournent vers notre intestin.
En effet, on suspecte depuis plus de 30 ans des liens entre intestin, microbiote et cerveau. Cette relation est de mieux en mieux connue et trouve là encore une application dans les troubles de l’humeur. Notre microbiote intestinal, notre intestin et son système immunitaire communiquent tous les trois en permanence et envoient des informations vers le cerveau.
Si notre intestin se sent bien, en équilibre, les messages sont plutôt apaisants et favorisent alors un état d’humeur équilibrée.
Si le microbiote est malade et déséquilibré, si l’intestin est en souffrance et le siège d’un état inflammatoire local, notre organisme enverra alors des petits messagers chimiques ou nerveux (par le nerf vague du système parasympathique) qui alerteront et affoleront nos systèmes émotionnels.  Un tel déséquilibre de notre intestin s’accompagne d’état de stress chronique mais également de troubles anxieux, d’inquiétude, de troubles de panique, de troubles phobiques, d’état dépressif affectant la sérotonine ou la dopamine. Aujourd’hui, la prise en charge des troubles de l’humeur passe donc également par la notion de psychobiotique. On cherche donc à intervenir de façon nutritionnelle pour agir en même temps sur l’intestin, son microbiote et sur le cerveau.

Trois solutions pour rester en forme et retrouver la bonne humeur

Pour apaiser vos troubles de l’humeur, trois éléments doivent être pris en compte : un sommeil de qualité, une activité physique régulière et un bon état d’esprit.

Étape 1 : dormir comme un loir

Pour commencer, le respect de la durée du sommeil est importante. En moyenne, on compte 7h30 à 8 heures minimum de sommeil pour un adulte. 

Le respect de nos rythmes biologiques de sommeil est également essentiel. Il y a ceux qui sont fait pour se coucher tôt et d’autres pour se coucher tard. Il est primordial d’identifier la catégorie dans laquelle on se situe et de se connaître afin de respecter ses propres horloges. Si vous faites attention à ces facteurs, cela aura une influence positive et considérable sur votre humeur de la journée.

Étape 2 : pratiquer une activité physique régulière

Une activité corporelle régulière est associée à une meilleure humeur. La marche modérément rapide, l’absence de sédentarité, la pratique d’une activité physique et sportive adaptée sont associées à une libération de l’anxiété et une amélioration des troubles de l’humeur. Au-delà des bénéfices sur la santé cardiovasculaire, bouger son corps a également un impact très positif sur le cerveau et sur le mental.

Étape 3 : LA SOPHROLOGIE pour avoir un état d’esprit serein

Un bon état d’esprit, ça se cultive. Pratiquer son approche de relaxation ou de méditation préférée, respirer profondément et régulièrement ou cultiver les pensées positives, font partie d’une approche d’hygiène de vie. Si l’humeur nous permet de colorer nos états d’âme de façon positive, optimiste et enthousiaste, l’inverse est également vrai. Cultiver le positif, relativiser, se relaxer et se détendre au niveau de l’esprit sont des actions à mettre en place pour vous permettre d’améliorer votre état d’humeur. De même, sourire et développer la bienveillance pour soi et les autres sont aussi des petites actions au quotidien qui s’avèrent très bénéfiques. La sophrologie apporte des solutions utilisables de suite, adaptables de façon uniques aux individus. Je suis Sophrologue à Senlis, dans mon approche, je lie les méthodes Sophrologiques et Naturopathiques, le rééquilibrage de l’assiette, des micro nutriments et des vitamines.

Article rédigé par Delphine Zech : Sophrologue à Senlis